Courtage en Assurance et Conseil en Investissement Financier

11/06/2012 : Quelle sauce fiscale pour les PME ?

La situation des PME françaises semble continuer de se fragiliser et le moral des patrons de ces PME de plus en plus en berne.

Selon les dernières statistiques parues, la fragilité financière des PME en France s’aggrave. En effet, la rentabilité opérationnelle, a diminué en 2011 pour s’établir à 28,6 %, niveau au plus bas pas non connu depuis 1986. Pour comparaison, ce taux est de 40 % en Allemagne. Avec un début d’année 2012 poussif, le moral des industriels français, tel que mesuré par l’Insee, a encore baissé en mai.

Le flou sur les réformes fiscales à venir n’est pas là pour embellir le décor.

Y aura-t-il suppression des allègements au titre de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) ?  Machin créé par le gouvernement précédent en substitution partielle à la taxe professionnelle.  Aujourd’hui les PME ayant un C.A. de moins de 500 000 € en sont exonérées et celles dont le C.A. est compris entre 500 000 € et 50 000 000 € bénéficient de taux réduits.

Dans le collimateur aussi, la suppression de la déductibilité des intérêts des emprunts financiers contractés pour l’acquisition d’actions. Régime fiscal pénalisant s’il en ait pour les opérations de croissance externe.

Vivement le mois de juillet pour l’apparition de la  première loi de Finance rectificative et l’espoir d’un éclaircissement de ces zones de doute.